Médecins - Infirmiers(ières) - Kinésithérapeutes - Podologues - Dentistes - Pharmaciens - Orthophonistes - Psychologues - Pédicures - Gynécologues - Ambulanciers - Dieteticiennes
Présentation Nos atouts Prestations Démarche Ethique Actualités Références Contact
Gouvernement.fr - Toute l'actualité

Soutien à la filière viticole : déclaration du Premier ministre, Jean Castex
5 août 2020 - Actualité

Soutien à la filière viticole : déclaration du Premier ministre, Jean Castex

Le Premier ministre, Jean Castex, s'est exprimé depuis Sancerre, dans le Cher, le 5 août 2020, pour annoncer des mesures de soutien à la filière viticole.
 


Covid-19 : déclaration de Jean Castex à Roubaix
3 août 2020 - Actualité

Covid-19 : déclaration de Jean Castex à Roubaix

Le Premier ministre, Jean Castex, a fait un point de situation sur le contexte épidémiologique relatif au Covid-19, lors de son déplacement à Roubaix le 3 août 2020. Il a appelé les Français à faire preuve de vigilance.
 


Épisode de fortes chaleurs : Jean Castex se déplace dans un Ephad à Péronnas, dans l'Ain.
31 juillet 2020 - Actualité

Épisode de fortes chaleurs : Jean Castex se déplace dans un Ephad à Péronnas, dans l'Ain.

Alors qu'un épisode de fortes chaleurs s'installe en France, le Premier ministre, Jean Castex, s'est exprimé depuis l'Ehpad "Les Ancolies", à Péronnas, dans l'Ain, le 31 juillet 2020. Il a réaffirmé la pleine mobilisation du Gouvernement pour protéger les Français les plus fragiles et plus particulièrement les personnes âgées et dépendantes.
 


Fret ferroviaire : déclaration de Jean Castex à Valenton
27 juillet 2020 - Actualité

Fret ferroviaire : déclaration de Jean Castex à Valenton

Le Premier ministre, Jean Castex, a communiqué sur les mesures concrètes concernant le fret ferroviaire, depuis le site de transport combiné de Valenton, le 27 juillet 2020.
 


Sécurité intérieure : déclaration de Jean Castex à Nice
26 juillet 2020 - Actualité

Sécurité intérieure : déclaration de Jean Castex à Nice

Le Premier ministre, Jean Castex, s'est exprimé à l'issue de sa visite à Nice, le 25 juillet 2020. Le Premier ministre était accompagné de Gérald Darmanin et d'Eric Dupond-Moretti.
 



CENTRE DE SANTE MUNICIPAL
Véritable réponse à la désertification médicale ou solution isolée? Le maire UMP de La Ferté-Bernard (Sarthe) a décidé de salarier un médecin généraliste en ouvrant le 8 septembre dernier un centre de santé municipal.
La commune estime la charge de fonctionnement à 150 000 € annuel. Le budget devrait s'équilibrer grâce aux recettes générées par l'activité du médecin. Pour un C à 23€, cela représente 4.21 patients par heure pour 221 jours travaillés sur une base de 35 heures ! Le maire de la Ferté-Bernard estime que cela coûte moins cher qu'une maison de santé et que nombre d'entre elles sont actuellement vides. Malheureusement, de nombreux projets de maisons de santé portés par des élus sont uniquement des projets immobiliers. Or un projet de maison de santé doit s'appuyer sur un projet de santé. Alors comment comparer un investissement patrimonial dans de l'immobilier communal à un investissement d'exploitation comme l'a choisi la commune de la Ferté Bernard? La commune peut-elle bénéficier des aides actuellement allouées à la mise en place de maisons de santé, tant sur le plan conseil (10 à 50k€) que sur les aspects bâtiments (150 à 300k€) ? D'autre part, le Médecin qui a choisi de rejoindre le Centre de santé communal avait déjà connu le salariat pour avoir effectué 10 ans de son activité dans l'armée. Est-il réellement représentatif des exigences des jeunes médecins? Doit-on généraliser ses critères de choix à une génération? Le centre de santé communal semble apporter une réponse innovante pour fidéliser une offre de soins sur des territoires en déficit d'offre de soins. Encore faut-il qu'il soit intégré dans un projet de santé réunissant les professionnels libéraux en exercice (encore 10 médécins généralistes en exercice dans le cas de La Ferté Bernard). Le centre de santé communal ne doit pas provoquer l'effet inverse, c'est-à-dire les départs anticipés des médecins libéraux en exercice qui ont dû financer l'ensemble de leur activité professionnelle sur fonds propres et qui voient ces projets publics dévaloriser leur outil de travail. Matthieu DUBOIS - Directeut Hippocrate Développement OPTIPOLE SANTE
COLLOQUE FFMPS : ACCOMPAGNEMENT DES EQUIPES DE SOINS DE PREMIER RECOURS
Matthieu Dubois d'OPTIPOLE Santé sera présent au Colloque FFMPS à Paris le jeudi 28 avril "Accompagnement des équipes de soins de premier recours"
La réorganisation des soins de premier recours dans les territoires est une de vos préoccupations. C’est aussi celui de la Fédération Française des Maisons et Pôles de Santé (FFMPS). La FFMPS organise un colloque le jeudi 28 avril 2011 sur l’accompagnement des équipes en projet de regroupement professionnel en maison ou pôle de santé pluriprofessionnel. L’objectif est de pourvoir produire, dans les suites de ce colloque, une charte éthique et un cahier des charges relatif à l’accompagnement de ces équipes. Cette journée se tiendra dans les Salons de l’Aveyron à Paris. Vous trouverez le programme en pièce jointe. Le colloque se déroulera en deux parties : - Une matinée d’exposés de différents intervenants sur leur vision de la réorganisation des équipes de soins de premier recours (médecin, infirmière, DGOS, médecin en ZUS, DATAR) - Une après-midi d’exposés sur des accompagnements déjà réalisés et les problèmes rencontrés (ARS, mutualistes, MSA, association, URPS, UNR-s, FFMPS)
PROJET DE MAISON DE SANTE. POUR EVITER DE DECHANTER, IL FAUT SAVOIR S'ENTOURER ET DELEGUER

Les conditions du succès tiennent dans l’organisation de la démarche et dans la création d’un cadre bien protocolé.
Les projets de Maisons de Santé fleurissent et plus de 5oo associations se sont créées en France afin d’engager un processus de regroupement pluridisciplinaire ; mais du projet à la  réalisation, le parcours est long, semé de barrières techniques, juridiques et économiques, et disons-le aussi, psychologiques. En effet, la concrétisation va exiger l’implication d’un ensemble d’acteurs : professionnels de santé, élus du territoire choisi, Agence Régionale de Santé, chargée d’appliquer les directives nationales.

C’est cet ensemble qui va devoir élaborer le projet local, en maîtrisant la complexité des différentes étapes à franchir ; car en fait, ce n’est pas un projet mais trois qui devront aboutir, dans un cadre très ouvert mais avec des règles très strictes :
1-     un projet de soins, basé sur un diagnostic des besoins et sur les attentes des professionnels de santé,
2-     un projet de cahier des charges pour la structure future, avec pour base le projet de santé, intégrant prévisions budgétaires et création des structures juridiques,
3-     un projet immobilier, sur la base d’acquisitions foncières et d’études techniques, le bâtiment devant privilégier le développement durable et le respect de l’environnement, sans oublier la possibilité de futures extensions.

Ces trois grandes étapes ne représentent pas moins de 15 dossiers à constituer, 15 protocoles à faire signer par l’ensemble des parties et 15 engagements compte tenu que la Maison de Santé va représenter un investissement généralement situé entre 1 et 2 M€. Comme le dit très justement le Docteur Nicolas Thual, qui a l’expérience de la création d’un pôle de santé pluriprofessionnel à Bréhan – 56 – commune de 2.500 habitants : « Pour réunir sur un même site 12 métiers différents et plus de 25 professionnels dont 16 à temps plein, il faut beaucoup de persuasion avec une capacité à accepter des refus, et une bonne dose de persévérance ; le plus important étant de penser avant tout à l’organisation future, ensuite de savoir déléguer ».

De l’état des lieux à l’aspect humain, une aide extérieure facilitera l’analyse et les prises de décision par une approche d’ensemble. Et ensemble, c’est mieux.

Ce parcours va exiger pour le porteur de projet, de la disponibilité, une capacité à fédérer des personnalités très diverses et bien entendu de l’investissement. Face aux décisions stratégiques à prendre, un intervenant extérieur, conseiller indépendant apte à faciliter les démarches, sera le bienvenu pour respecter un délai optimal de 12 à 18 mois ; sans oublier sa capacité à développer des liens et communiquer.

Avec sa qualité de tiers neutre, il ouvre en permanence l’espace de discussion, facilitant ainsi la réflexion commune. N’oublions pas que l’exercice du regroupement oblige à une démarche d’ingénierie, allant du collectif à l’individuel, avec une grande part d’inconnu pour le promoteur. Et avec l’impératif de préserver  la cohérence de l’ensemble sur la base de protocoles de coopération bien établis.  Et pour n’en citer que quelques-uns :

- études sur la faisabilité du projet dans un bassin de vie bien délimité et conforme aux directives régionales
- dialogue permanent avec le Maire, les élus de la Communauté de communes, l’Agence Régionale de Santé
- rencontres régulières sur le territoire afin d’optimiser la structure des professionnels de santé et de les fédérer autour d’un projet de soins
- connaissance des motivations personnelles de chacun dans sa spécialité - médecine et paramédical - abordée dans le cadre d’un projet professionnel
- éclairage sur les aspects structurels et fonctionnels de la Maison de Santé projetée afin d’anticiper l’organisation future, et donc déterminer les moyens nécessaires
- travail sur le programme architectural vu sous l’angle des utilisateurs du bâtiment afin d’envisager avec précision les espaces d’accueil, de circulation ainsi que les modules mutualisés
- engagement dans la maîtrise d’ouvrage afin de piloter la construction, en relation permanente avec l’architecte et le constructeur
- négociations avec des banques et autres organismes pour assurer le financement du bâtiment et des différents aménagements
- etc… etc…

Cette longue liste, qui représente à peine le tiers des missions de coordination et de management du projet, démontre l’intérêt d’un accompagnateur professionnel, véritable cheville ouvrière de la structure pluridisciplinaire. Dans beaucoup d’autres secteurs, l’intervenant extérieur s’est imposé, facilitateur et médiateur, apportant expérience et expertise, sachant mutualiser les savoir-faire et préserver la modularité ; Il faudrait ajouter intégrité et transparence dans une vision très opérationnelle de sa mission.
Comme tout projet, une Maison de Santé exige une démarche ancrée sur un territoire afin d’analyser localement les besoins pour une prise en charge des patients, dans un domaine en constante évolution compte tenu des demandes de soins croissantes. La délégation à un apporteur de solutions externe représente bien un investissement rentable face aux enjeux d’un travail pluridisciplinaire qui reste souvent à inventer.

 
"   Une Maison de Santé, c'est vital pour la cité "